Menu

Communication du Président de l'ODARC




Communication du Président de l'ODARC
La rentrée s’annonce difficile pour l’agriculture corse. Les crises se succèdent et leurs conséquences cumulées pèsent très lourd sur l’économie insulaire. Sécheresse, prix du carburant, problèmes de débouchés, besoins en trésorerie… L’ODARC met tout en œuvre pour y pallier, et ainsi accompagner les agriculteurs et les agricultrices, leur permettre de traverser ces crises, aussi bien conjoncturelles que structurelles.
 

La sécheresse

En matière de sécheresse, nous avons réagi sur le très court terme avec un dispositif de crise permettant aux élevages de s’équiper pour l’abreuvement des animaux, mais aussi à moyen et long terme par l’ouverture de financement des équipements de pilotage de l’irrigation (ce qui permet d’optimiser la ressource sans la gaspiller), ainsi que par un travail de fond avec l’Office Hydraulique pour la mobilisation des fonds FEADER sur les projets de retenue d’eau et d’extension de réseau.
 

Les besoins spécifiques des éleveurs

              Outre la mesure évoquée ci-dessus concernant l’abreuvement des animaux, nous avons lancé un appel à projets « cultures protéiques » qui viendra soutenir les coût (engrais, semences et travaux) à hauteur de 70 à 75% (Agriculteur aîné ou JA). C’est une mesure importante à moyen terme car elle va permettre de booster l’autonomie fourragère des élevages, en mettant en place des cultures fourragères reconnues pour leur intérêt nutritionnel, leur résistance à la sécheresse, leur durée de conservation. Indirectement cet AAP permettra également de limiter les importations de fourrage et donc à la fois le coût et la pollution liés au transport. A terme, le choix éclairé de la ressource fourragère et l’autonomie des élevages en la matière permettra également d’augmenter la typicité des élevages et la qualité des produits finis.
 
Pour l’ensemble des éleveurs, une aide exceptionnelle concernant les frais d’abattage des porcins de la saison précédente a été versée avant l’été, et pour ce qui est bovins, ovins, caprins, des dispositifs d’aide pour les animaux de réforme sont d’ores et déjà en place.
Enfin, pour les besoins spécifiques des élevages et pallier à très court terme les conséquences de la crise, l’ODARC a demandé une enveloppe supplémentaire de 2,5 millions d’euros à la CdC, qui sera soumise au vote du budget supplémentaire fin octobre.
 

Les besoins en trésorerie

La requalification des surfaces dans le dispositif des mesures agri-environnementales, dispositif sur lequel nous n’avons aucune prise, a entraîné des ordres de reversement qui ont mis à mal de nombreuses exploitations. Pour en compenser au maximum les effets, une aide exceptionnelle de la CdC a été votée et dans la majeure partie des cas, payée durant l’été. Quelques dossiers restent à finaliser en septembre. Pour ce qui est du règlement des soldes des DJA, le statu quo dure depuis 2019 et la situation est pour l’heure toujours bloquée à Paris, malgré nos nombreuses alertes.  Un projet de décret a été rédigé en 2020 entre les services de l’Office et ceux de la DGPE, un régime de sanctions spécifique à la Corse a été élaboré par l’Office mais depuis la situation n'a pas évolué malgré de nombreuses relances de la part de l’ODARC auprès de tous les services du Ministère. Un courrier a été envoyé début février par la Directrice de l’ODARC auprès de la Directrice de la DGPE et une relance par mail fin juillet est également restée sans réponse à ce jour.
Dans ce contexte, nous considérons que le Plan de résilience présenté par l’ETAT ne correspond pas suffisamment aux besoins de l’agriculture corse et aux spécificités insulaires. Nous demandons l’ouverture de discussions avec le Ministère afin de renégocier ce document et ses différentes déclinaisons. En parallèle, une consultation de l’ensemble des syndicats agricoles et chambres d’agriculture sera lancée dès octobre afin d’échanger sur la situation de notre agriculture. Evidemment, la préparation du Guide des Aides de la prochaine PAC débutera dans la foulée avec une approche au plus près des territoires et des exploitations.
 

Actions

Dans ce contexte, nous considérons que le Plan de résilience présenté par l’ETAT ne correspond pas suffisamment aux besoins de l’agriculture corse et aux spécificités insulaires. Nous demandons l’ouverture de discussions avec le Ministère afin de renégocier ce document et ses différentes déclinaisons. En parallèle, une consultation de l’ensemble des syndicats agricoles et chambres d’agriculture sera lancée dès octobre afin d’échanger sur la situation de notre agriculture. Evidemment, la préparation du Guide des Aides de la prochaine PAC débutera dans la foulée avec une approche au plus près des territoires et des exploitations.
 
Conscient des difficultés auxquelles sont confrontées les agricultrices et les agriculteurs corses, soyez assurés que l’ensemble des équipes de l’ODARC et moi-même, nous serons aux côtés de chacun et chacune d’entre vous pour dépasser cette crise et prendre la voie d’une agriculture plus forte, plus résiliente et plus solidaire.
 
Le Président de l’ODARC
Dominique Livrelli

 


Rédigé le Mardi 30 Août 2022 à 14:51 | modifié le Mardi 30 Août 2022





ODARC BASTIA
av Paul Giacobbi
Montesoro
20601 Bastia

Tel : 04 95 30 95 30
Fax : 04 95 33 86 05

ODARC AJACCIO
U Ricantu,
Route de Campo dell Oro
20090 Ajaccio

Tel : 04 95 29 26 90

Courriel : odarc@odarc.fr